MAALOULA… ENCORE ET TOUJOURS

RÉCUP’. ON N’EN FINIRA DONC JAMAIS AVEC CETTE « HISTOIRE »…

LE MONDE MAGAZINE ÉCLAIRE d’une nouvelle lumière « l’environnement » proche des milieux de l’ultra droite des « croisés » de SOS Chrétiens d’Orient et leur action pour Maaloula présentée encore lors du dernier Conseil Municipal. « Sur le front associatif, une foule d’organisations est désormais à l’œuvre, sur le terrain. Toutes se veulent apolitiques. L’une d’elles, SOS Chrétiens d’Orient, cristallise cependant les critiques, accusée d’être gangrenée par l’extrême droite. L’histoire de sa génèse n’est pas banale. Les deux cofondateurs de SOS Chrétiens d’Orient, Benjamin Blanchard et Charles de Meyer, se sont rencontrés en avril 2013 en garde à vue. Ils viennent alors d’être interpellés à Paris, lors d’une manif contre le mariage homosexuel, et conduits dans un commissariat du 18e arrondissement. Six mois plus tard, après la prise de Maaloula, ils créent l’ONG. Dans cette ville syrienne à majorité chrétienne, on parle encore l’araméen, la langue du Christ. Tout un symbole. Benjamin Blanchard est alors assistant parlementaire du député d’extrême droite Jacques Bompard ( Ligue du Sud, ex-FN ). Il se mettra ensuite au service de l’eurodéputée FN Marie-Christine Arnautu. Charles de Meyer a repris son fauteuil libéré par Bompard. Ce militant se dit « fils de l’Action française », mouvement monarchiste et nationaliste cher à Charles Maurras. Les deux compères animent chacun une émission sur Radio Courtoisie… Si cette proximité avec l’extrême droite gêne certaines ONG, beaucoup reconnaissent cependant à SOS Chrétiens d’Orient son efficacité. « Sur le terrain, ils sont excellents, assure une responsable d’une autre ONG, ils aident les musulmans comme les chrétiens ».

À la droite de l’ultra droite

« Nous avons des membres de toutes opinions », insiste Benjamin Blanchard, le directeur. Sans doute. Même des plus extrêmes. Damien Rieu, parti en mission en Syrie pour l’ONG, dirige ainsi la communication de la Ville de Beaucaire, tenue par le FN. Pour Noël, la mairie a installé une cagnotte pour l’association et doublé les dons. En décembre 2017, ce même Damien Rieu a été condamné en première instance à de la prison avec sursis pour avoir occupé le chantier de la mosquée de Poitiers en 2012. (Robert Ménard présidait son comité de soutien). Il était alors porte-parole de Génération identitaire, qui se bat pour « une civilisation menacée de disparition ». François-Xavier Gicquel, directeur (salarié) des opérations de l’ONG et officier de réserve, a quant à lui été responsable du Front national de la jeunesse (FNJ) Vendée avant de quitter le parti. Il a milité aux Jeunesses nationalistes, branche jeune de l’œuvre française, des groupuscules dissous en 2013 à la suite de la mort du militant « antifasciste » Clément Méric. Le 19 janvier dernier, il a été condamné à un an de prison avec sursis et 800€ d’amende pour violences contre la journaliste féminine Caroline Fourest, lors d’une manifestation de 2012 des catholiques traditionalistes de Civitas. Gicquel a fait appel. « On le juge à son travail, commente Benjamin Blanchard, pas franchement embarrassé par le pedigree politique de son collaborateur. Et comme on dit, à tout pécheur, miséricorde »…

Méfiez-vous des contrefaçons …

Monseigneur Pascal Gollnisch a été l’un des premiers à s’opposer à la jeune ONG. A la tête de l’Oeuvre d’Orient, il conduit une association rattachée à l’archevêché de Paris, forte de cent soixante ans de soutien aux chrétiens orientaux (« qui ne sont pas nos protégés – cela a un faux nez de colonialisme – mais nos amis »). En décembre 2015, il a envoyé une lettre à ses donateurs, afin qu’ils ne confondent pas les deux associations. En France, l’avis de Pascal Gollnisch porte. Il parcourt le Moyen-Orient, a l’oreille des diplomates et des politiques, à droite comme à gauche. Frère de Bruno Gollnisch, figure historique du FN, il précise, afin que les choses soient claires : « Je partage avec mon frère des liens familiaux, pas politiques. » Dans son bureau tapissé de vieux livres, il parle d’une voix ferme et posée. « L’extrême droite tire le débat sur la question musulmane et utilise le sujet des chrétiens d’Orient pour dire que si Daech les poursuit au Moyen-Orient, il arrivera, si on n’y prend garde, la même chose en France avec les immigrés musulmans. » Il ne cite pas, mais son frère a ainsi déclaré devant le Parlement européen, le 16 mai 2017 : « Nous savons que nous serons peut-être un jour les prochaines victimes. » Gollnisch contre Gollnisch… « Ce déplacement de problématique est indu, poursuit le religieux. Les chrétiens n’ont pas de mauvaise relations avec les musulmans. Les tensions actuelles sont récentes. » Comme dit l’archevêque de Kirkouk (Irak) Mgr Mirkis : « En France, j’ai l’impression que certains partis cherchent à gagner des adeptes en s’occupant des chrétiens d’Orient. » » Cela est gentiment dit… ASTA

 

 

 

 

Retour