LA GARE TGV VA-T-ELLE ALLER À BAYSSAN ?

VERSATILITÉ. ALORS QUE TOUT SEMBLAIT FILER SUR DE BONS RAILS CONCERNANT LA  STRUCTURE EN CENTRE-VILLE DE BÉZIERS

AVEC LA LGV, LIGNE À GRANDE VITESSE, MONTPELLIER-BÉZIERS-PERPIGNAN, appelée « LNMP », c’est un peu comme le slogan des Galeries Lafayette autrefois « Il se passe toujours quelque chose »… mais à chaque nouvel épisode du feuilleton… on s’en prend pour dix ans (au bas mot) de plus dans la vue… en terme de calendrier. Après la crèche à roulettes de Robert Ménard… voilà la gare TGV à roulettes.
Depuis la première décision de réaliser la ligne nouvelle (en 1990!) l’emplacement de la future gare de Béziers ne cesse de changer provoquant polémiques et désaccords entre les collectivités concernées (Région-Département-Agglo-Ville).

On a connu successivement : Nissan-Lez-Ensérune, sur le site de Periès, entre Béziers et Narbonne, puis Béziers Est (Villeneuve) et Narbonne Ouest (Montredon).

La ligne nouvelle serait réalisée en deux phases Montpellier-Béziers à l’horizon 2030 et Béziers-Perpignan… ensuite. Le fret emprunterait la ligne nouvelle jusqu’à Béziers seulement.

Fin 2016 la Région fait part au Gouvernement, à Réseau Ferré de France et à la SNCF que le projet de création d’une gare « exurbanisée » (Béziers Est) est « inopportun et propice à certains dysfonctionnements » et qu’elle privilégie la gare actuelle (centreville) où un projet de pôle d’échange multimodal (PER) doté des connexions avec les TER et les cars urbains et interurbains est programmé.

Changement donc de stratégie : il ne s’agit plus comme à Montpellier (entre la Mogère et St-Roch) de « répartir » les TGV entre la gare nouvelle et la gare « historique » mais d’abandonner le projet d’une gare à Béziers-Est.

Tout le monde se lève… pour la gare Béziers Centre

Pour consolider sa proposition la présidente de Région associe les présidents des Départements et des Agglomérations concernés à sa missive au Préfet réclamant l’abandon du projet de gare Béziers Est. Pour l’heure, le PIG (Projet d’Intérêt Général) pour la LNMP mis à l’enquête publique en novembre dernier en reste à la gare nouvelle Béziers Est. La Pieuvre (n°127 du 30 novembre 2018) a présenté toutes les hypothèses et les dernières évolutions de ce dossier sans omettre de mettre en garde : tout nouveau scénario entraînera…de nouveaux délais pour la réalisation de la ligne nouvelle. En revanche ce qui semblait un atout c’était l’unanimité (rarement atteinte jusque là) derrière la proposition de Carole Delga… Même la mairie de Béziers adoptait la même position que l’Agglo en faveur de cette solution.

Ce consensus occitan exceptionnel n’aura finalement duré…qu’un mois

La gare surprise… de Bayssan

À la surprise générale, le Conseil Départemental de l’Hérault, pourtant signataire du courrier de la présidente de Région pour la gare de Centre-Ville, au cours de sa session du 17 décembre proposait d’implanter la gare nouvelle… sur le Domaine de Bayssan (Béziers-Ouest).

Parmi les arguments développés par le président du Conseil départemental et son vice-président à l’aménagement du territoire : « Si le projet de parc à thème à Bayssan aboutit ce sont 2,3 millions de visiteurs par an qui le fréquenteront. Nous, on prévoit « l’avenir », la gare de Béziers serait vite saturée… »

Mais s’empressent-ils de préciser, « la démarche c’est pour dans 10 ou 12 ans, l’immédiat c’est la gare Centre… »

Le problème c’est que la gare de Béziers-Centre ce n’est pas dans l’immédiat… la ligne nouvelle au mieux n’arriverait pas à Béziers avant 2030… c’est-à-dire dans 12 ans précisément.

Les précisions apportées par le vice-président délégué à l’aménagement ne manqueront pas de susciter des interrogations de la part de la Région, de l’Agglo et de la Ville de Béziers. En effet, il déclare dans Midi Libre : « Le cheminot que je suis estime que si l’on veut avoir une ligne à grande vitesse il vaut mieux garder les gares sur les fuseaux que faire des raccordements avec les gares actuelles… »

10 ans de plus ? Le Département par ses déclarations semble après avoir acquiescé à l’abandon de la gare nouvelle Béziers Est… vouloir lui substituer une gare à Béziers-Ouest… et remettre ainsi en cause la position pourtant unanime en faveur de la gare Béziers Centre… Reste à avoir ce qu’en penseront les élus d’Agde qui voient la gare s’éloigner encore davantage du Cap d’Agde et ceux de Narbonne qui la voient se rapprocher de leur ville…au détriment de Narbonne-Ouest. Bref toutes les conditions sont réunies une fois encore pour que l’État et la SNCF (RFF) prennent prétexte des scénarios différents soutenus par les collectivités pour retarder encore l’arrivée de la LGV… encore et encore. ASTA

 


Retour