HANOUKA PUIS LA CRÈCHE… LA MAIRIE, HÔTEL DES CULTES ?

LOI DE SÉPARATION DES ÉGLISES ET DE L’ÉTAT. ON FÊTE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LES 2 ET 3 DÉCEMBRE PROCHAINS À BÉZIERS.

 

 
Rabbi Ménard il va danser

BIEN SÛR, SI LES DEUX MANIFESTATIONS ORGANISÉES À 24H D’INTERVALLE, l’une sur le parvis de la mairie, l’autre dans la cour d’honneur se succèdent ainsi, ce n’est pas une coïncidence… Pour la célébration d’Hanouka, l’initiative en reviendrait à la communauté israélite biterroise qui aurait sollicité l’autorisation municipale. Mais le Journal de Béziers (n°85) du 15 novembre précise bien que la cérémonie se déroulera en présence de Robert Ménard et de Emmanuelle Duverger-Ménard, son épouse et députée… Il faut bien avouer que c’est leur absence qui aurait étonné.

Fête de la lumière, Hanouka, dans la tradition juive, est célébrée en famille. Chaque soir, on allume une flamme supplémentaire du chandelier à huit branches (en fait neuf). On commence ainsi la ré-inauguration du Temple de Jérusalem après la victime d’Israël qui mit en déroute avec Juda Maccabée la puissante armée Séleucide (Gréco-Syriens) qui avait imposé son culte et ses croyances, interdisant la pratique de la religion juive.

Depuis quelques années, la communauté juive en France voit se développer en son sein le « courant » Loubavitch, héritier du hassidisme, la mouvance du réveil religieux s’affirmant comme des partisans d’une présence « visible » et revendiquée comme telle de la religion juive.Un peu comme les églises évangélistes nord-américaines ou brésiliennes, ils promeuvent une « reconquête » de l’espace public pour affirmer leur présence et leur identité.

Robert Ménard toujours en croisade

C’est ainsi qu’ils organisent des allumages publics pour célébrer la fête d’Hanouka sur les places publiques, alors qu’il s’agissait dans la tradition d’une fête célébrée en famille.

La communauté juive de Béziers est animée par un rabbin issu du courant Loubavitch, ce qui explique la décision d’une manifestation publique. Hanouka est célébrée cette année du 2 au 10 décembre. Ce sera donc le 2 décembre qu’elle sera fêtée à 18h sur le parvis de l’Hôtel de ville. Et le lendemain, le 3 décembre, Robert Ménard enchaînera avec l’inauguration de la crèche de Noël dans la cour de l’Hôtel de ville.

Là encore, et malgré les arrêts du Conseil d’état et les mises en demeure des tribunaux qui rappellent l’interdiction des manifestations à caractère religieux dans les édifices publics, le maire récidive. Si cela pouvait relancer une bonne petite polémique… cela n’en serait que mieux.

Voilà Hanouka, fête de la lumière qui vient à bout de l’obscurité du monde, et Noël, dont le message essentiel est « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté » embrigadés dans la croisade perpétuelle que livre le maire de Béziers au mépris de la loi et du respect du principe de neutralité que devrait honorer un élu de la République.

Mais la Pieuvre du Midi peut révéler à ses lecteurs un « scoop » : aucune date n’a été retenue pour la fête de l’Aïd à l’Hôtel de ville… étonnant non ? Ben non en fait… ASTA

 

 

Retour